vendredi 27 avril 2018

Le hasard

Avec Cécile Raynal, nous présentions lundi 23 octobre 2018 une nouvelle communication consacrée au collège expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi. Cela se passait à l'occasion du 143e congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), qui se tenait cette année à Paris dans les locaux de l'Inalco. Il s'agissait, si j'en crois mon comptage, de ma 177e causerie (tous cadres confondus).

Le lendemain, je signais le bon à tirer d'un nouvel article.
Celui-là n'est pas le moins étrange. À sa source, quelques lettres sauvées il y a quelques mois dans un tas d'encombrants traînant devant une maison vidée à la hâte. Son ancien propriétaire était mort depuis quelques années, et, pour débarrasser les lieux, le nouvel acquéreur de la demeure avait jeté dans la rue une partie des meubles... et énormément de papiers. Spectacle lamentable, qui me serre le cœur à chaque fois qu'il se reproduit (et il se reproduit malheureusement souvent)!
Parmi les documents que j'exhumais de cette déchèterie improvisée, quelques dizaines de lettres écrites dans les années 1930 par la mère du défunt. Une belle écriture, un style et une orthographe des plus convenables: je me plongeais le soir même dans la lecture de ces fragments épistolaires et reconstituais peu à peu l'existence de cette femme aujourd'hui oubliée de tous.
Une lettre en particulier évoquait longuement la situation professionnelle de son mari. Et là, malgré le caractère en apparence obscur des propos, tout me parut excessivement clair. Par le pur fruit du hasard, j'étais probablement une des très rares personnes sur cette Terre à pouvoir encore donner un sens à l'imbroglio sans nom qui se trouvait exposé dans cette lettre. Un peu comme si cette lettre n'attendait que moi, non seulement pour ne pas disparaître à tout jamais, mais également pour "exprimer" le sens dont elle était encore imprégnée.

Au fond, il n'y a que le hasard qui importe ici-bas. Tout ce que nous programmons est généralement source d'insatisfaction (je parle en tout cas pour moi). Le hasard est source de découvertes et parfois de grands bonheurs.
Le texte paraîtra dans le n° 398 de la Revue d'histoire de la pharmacie (juin 2018). Son titre est tout à fait de circonstance: "Une lettre préservée".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire