mardi 30 avril 2019

Radio Riposte en duplex avec Lorraine Cœur d'Acier

Il était question de Lorraine Cœur d'Acier dans "Affaires sensibles" de ce jour, avec le sympathique et toujours jeune Marcel Trillat comme invité et témoin.
La fiche présentation de l'émission, sur le site de France Inter, signale d'ailleurs La Bataille des radios libres (hélas épuisée!) dans sa bibliographie, et j'en remercie l'équipe de production.

En revanche, ce que Fabrice Drouelle ne pouvait pas savoir, c'est que Radio Riposte avait réalisé un duplex avec Lorraine Cœur d'Acier à l'occasion de son émission historique du 28 juin 1979.
On découvrira les circonstances, les enjeux et la retranscription inédite intégrale de cet échange, entre d'une part le sénateur socialiste Bernard Parmantier et d'autre part le journaliste communiste Marcel Trillat, dans Francois Mitterrand pirate des ondes. L'affaire Radio Riposte (Paris, Le Square Éditeur, 2019).

J'en profite pour signaler que cet ouvrage vient de sortir de chez l'imprimeur. Voici la photographie d'un premier exemplaire.
Sortie officielle le 14 mai, mais on peut d'ores et déjà se le procurer auprès de l'éditeur: https://lesquare-editeur.fr/page-contact.html.

Radio Riposte

mardi 23 avril 2019

Les nouveaux voyages extraordinaires

Un grand dépotoir jonché de meubles au rebut, de chaises tordues, d'armoires déglinguées, des articles de vaisselle ébréchés, cartons, vêtements, sacs, anciens cahiers d'écolier, livres, etc. Spectacle habituel et quelque peu tristounet des "encombrants" de nos cités. Il paraît que chaque Français en produit quelque 200 kilogrammes par an selon les spécialistes! Je vais finir par le croire.

Dans ce grand capharnaüm déballé à même le trottoir, une grande malle disloquée -probablement balancée sans ménagement depuis un véhicule- et, tout autour, des monceaux de papier dispersés au vent et piétinés sans vergogne.
Curieux par nature, j'y jette un coup d'œil, puis deux, puis trois... Je décide finalement de tout prendre: des centaines de lettres -les unes écrites à la main, les autres tapées à la machine- qu'il me faudra désormais classer, analyser, interpréter. Me voilà en effet légataire, par le plus grand des hasards, d'une correspondance extraordinaire qui semblait vouée à une impitoyable destruction: une vingtaine d'années d'échanges entre deux Françaises, l'une habitant en région parisienne, l'autre fortement impliquée dans l'humanitaire en Inde.


Que dire? C'est passionnant! Ça m'apprend plein de choses sur une activité humaine -et non des moindres!- en train de se faire, année après année, mois après mois, semaine après semaine... Des mois de lecture et de recontextualisation en perspective. J'adore!

Je me pose néanmoins une question: comment est-il possible de jeter de tels joyaux, ultimes témoins d'une vie assurément hors du commun ? Et cela, alors même que cet art si délicat et si précieux de l'échange épistolaire s'est totalement délité sous nos yeux, au moins depuis le début du XXIe siècle et le triomphe des messageries électroniques...

vendredi 19 avril 2019

L'architecture, c'est ce qui fait les belles ruines

Ci-gît Europe 1, rue François-Ier.

Photo de Thierry Lefebvre
L'ancien siège d'Europe 1.
Photo : Thierry Lefebvre (14 avril 2019).
On y entrait par la grande porte à droite: elle était vitrée et s'ouvrait sur un grand hall au plafond tapissé de miroirs.

Intermittents - 2003 - Thierry Lefebvre
Les intermittents en lutte rendent visite à Europe 1.
Photo : Thierry Lefebvre (6 juin 2003).

mardi 16 avril 2019

Bibi s'en va

Les Fraises sauvages (1957) est, de mon point de vue, une œuvre capitale de l'art cinématographique, une rencontre inoubliable entre deux artistes de génie: Ingmar Bergman (1918-2007), alors au faîte de sa créativité, et l'immense Victor Sjöström (1879-1960), réalisateur des Proscrits (1918) et du Vent (1928). Et entre ces deux géants, l'indicible grâce d'une toute jeune actrice: Bibi Andersson (1935-2019).

Les Fraises sauvages
Bibi Andersson et Victor Sjöström
dans Les Fraises sauvages.

Bibi est partie à son tour.
À l'instar de Gérard de Nerval, Sjöström aurait pu dire d'elle : "je craignais de troubler le miroir magique qui me renvoyait son image".

vendredi 12 avril 2019

François Mitterrand pirate des ondes : le livre !

Parution courant mai 2019 d'un nouvel ouvrage :

Thierry Lefebvre, François Mitterrand pirate des ondes. L'affaire Radio Riposte (Paris, Le Square Éditeur, 2019).

L'affaire Radio Riposte - Thierry Lefebvre - Le Square Éditeur
Thierry Lefebvre, François Mitterrand pirate des ondes.
L'affaire Radio Riposte.
Le 28 juin 1979, il y a donc bientôt quarante ans (!), la Fédération de Paris du Parti socialiste diffusait sur les ondes un programme radiophonique dont un des intervenants n'était autre que François Mitterrand.
Radio Riposte - c'était son nom - émettait sur la bande FM, commettant ainsi une infraction au monopole d'État de la radiodiffusion en vigueur depuis le lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L'émission fut brouillée, la police intervint en flagrant-délit, mais le matériel ne put être saisi.
Les retombées furent considérables: deux mois plus tard, François Mitterrand, Laurent Fabius et quelques autres étaient inculpés.

Cet ouvrage évoque les protagonistes, les tenants et aboutissants, mais également les conséquences de ce programme qui préluda à la libération des ondes dans les années 80. Il en restitue pour la première fois l'intégralité des propos, grâce à la bande originale retrouvée dans des conditions évoquées dans le livre.

Quatre décennies se sont écoulées, mais l'univers de nos médias contemporains porte encore la trace de cette émission historique...

Bon anniversaire, Radio Riposte !

Publié par Le Square Éditeur, avec le soutien de l'Institut national de l'audiovisuel et l'Institut François-Mitterrand.
Premières informations : ICI.

On peut se le procurer préférentiellement sur le site de l'éditeur ou le commander en librairie ou sur les sites en ligne.

jeudi 4 avril 2019

De Port-Royal à Saint-Vincent-de-Paul

Conférence illustrée ce matin sur le thème "Science et cinéma", dans le cadre des ateliers préparatoires du Mois du film documentaire (ce sera, en novembre prochain, la vingtième édition de ces rencontres un peu partout en France).

Ces ateliers se déroulaient aux Grands Voisins, qui occupent pour le moment une partie des anciens locaux de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul. Dire que j'ai fréquenté ponctuellement ce lieu de soins dans ma précédente vie! Comme le temps passe!

Mois du doc
La Lingerie de l'ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul,
transformée en salle de projection.
Photo : Thierry Lefebvre.
En arrivant à la station Port-Royal, je me suis recueilli quelques instants devant la plaque en hommage aux victimes de l'attentat du 3 décembre 1996. Je ne peux passer en cet endroit sans ressentir une certaine émotion. Ce mardi-là, j'avais emprunté, comme beaucoup d'autres, le RER B, pour me rendre à Clamart où j'exerçais alors.
Une pensée pour les victimes et honte éternelle aux assassins anonymes!

De retour, je viens tout juste de signer le bon à tirer d'un nouvel ouvrage. La photographie de couverture est très évocatrice. On en reparle dans deux semaines.

Les plus consultés depuis un an