vendredi 25 septembre 2015

Les ors de Kapoor (suite et fin)

Quelques jours avant l'inauguration (fin mai 2015).
Photo : T. Lefebvre.

"Dirty Corner", l'installation monumentale d'Anish Kapoor sur le Tapis vert de Versailles, est assurément un "artwork in progress". Elle l'était déjà en mai 2015 (comme on peut le voir ci-dessus), elle le demeure cinq mois plus tard (comme on peut le constater ci-dessous).

Fin (provisoire?) de l'intervention.
Photo : T. Lefebvre.

Au terme d'une semaine d'intervention, sous le soleil et la pluie, la sculpture est désormais partiellement recouverte d'un or du plus bel effet.


Acier Corten et feuille d'or, 25 septembre 2015.
Photo : T. Lefebvre.

Rappelons l'une des raisons de ce remarquable "mashup" : "[...] la liberté de création et d'expression artistiques implique le respect du droit moral de tout auteur sur son œuvre et les formes qu'il entend lui donner, mais que, lorsque cette œuvre est exposée publiquement, cette liberté doit se concilier avec le respect des autres libertés fondamentales s'appliquant dans l'espace public, dont celle protégeant chacun contre les atteintes à la dignité humaine." (Tribunal administratif de Versailles, 19 septembre 2015.)

Post-scriptum (juin 2016) : À lire sur Cairn : 
Thierry Lefebvre, "Pour Kapoor. Exposition “Anish Kapoor Versailles” (9 juin-1er novembre 2015)", Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, p. 205-213.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire