lundi 21 septembre 2015

Anish Kapoor et les ors de Versailles

"Dirty Corner" est en train de devenir une des œuvres les plus controversées de l'art contemporain, bien à tort de notre point de vue. Mais bon, tous les goûts sont dans la nature et, comme nous le savons tous, la nature et ses occupants ne sont pas parfaits.

Le samedi 19 septembre 2015, le juge des référés du tribunal administratif de Versailles a enjoint de faire cesser, "sans délai", l'exposition au public des inscriptions (en partie) antisémites commises par des anonymes le 5 septembre dernier. Décision d'autant plus inutile que, la veille, l'établissement public du château, du musée et du domaine de Versailles avait fait savoir que lesdites insultes seraient prochainement "dissimulées" sous le contrôle d'Anish Kapoor.

Préparatifs pour l'escamotage partiel d'une référence à l'apocalipse (sic), 
d'après un modèle tracé par Anish Kapoor.
Photo : T. Lefebvre.

C'est chose pratiquement faite depuis ce lundi 21 septembre, avant-veille de l'automne annonciateur de la chute des feuilles mortes. L'équipe franco-anglaise du plasticien est entrée en action, masquant, parfois totalement, parfois partiellement, les propos inconvenants des graffiteurs. L'intervention se poursuivra toute la semaine durant.

De l'usage de la peau de chamois sur la feuille d'or.
Photo : T. Lefebvre.

Anish Kapoor a recouru à de la feuille d'or pour recouvrir les inscriptions contestées par la Justice.
Tout un symbole, nous semble-t-il, lorsque l'on sait que "Dirty Corner" se trouve à quelques dizaines de mètres du bassin de Latone, dont les dorures ont été récemment restaurées.

Nul doute que les contestataires y trouveront encore un motif d'insatisfaction...

Une inscription occultée sous l'œil et le portable de Kamel Mennour.
Photo : T. Lefebvre.

Post-scriptum (juin 2016) : À lire sur Cairn : 
Thierry Lefebvre, "Pour Kapoor. Exposition “Anish Kapoor Versailles” (9 juin-1er novembre 2015)", Sociétés & Représentations, n° 41, printemps 2016, p. 205-213.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire